Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

 ENSEMBLE, 
 NOUS POUVONS AGIR ! 

Entre 1.200 et 2.000 nouveaux cas
chaque année en France

Accident de voiture mais aussi plongeon en eau peu profonde, chute de ski, de VTT, ... ils sont plus de 1.200 chaque année à grossir les rangs d'une population estimée à plus de 50.000 personnes.

Une étude réalisée par l'IRME (Institut pour la Recherche sur la Moelle Épinière) fait apparaître que ces accidents touchent principalement les hommes puisque 24% des cas concernent les femmes.

Les jeunes adultes en première ligne

La plupart des patients touchés alors par le handicap sont âgés de moins de 30 ans et, concernant la tétraplégie, elle impacte des patients encore plus jeunes (étude Tétrafigap de 1995). Selon cette étude, 47% des patients avaient moins de 25 ans au moment de l'accident.

Quid du financement public pour la guérison ?

L'état français subventionne des organismes de recherche publique en orientant les investigations sur les nouvelles technologies tournées sur l'inclusion. Elles ne sont malheureusement pas orientées vers la guérison des lésions médullaires post-traumatiques.

A ce jour, les essais cliniques indépendants ont été promus par des organismes de bienfaisance de la recherche et des groupes de volontaires comme les associations de patients. Cette situation explique le temps nécessaire pour récolter les fonds utiles à faire avancer la recherche.

Ensemble agissons pour que le financement de la recherche
sur les soins curatifs pour tous, soit une priorité !

Soins de récupération : réhabilitation fonctionnelle

Au Portugal, en Espagne, en Italie, en Suisse (pour ne parler que d'eux), les centres de récupération existent : il s'agit de positionner le patient dans une dynamique de travail intensif. Toutes les études en cours démontrent que c'est ce travail intensif qui permet de retrouver une mobilité et la récupération de fonctions perdues.

Un travail intensif consiste à stimuler le patient plus de 5h tous les jours. Pas de we pour les braves !

En effet un traitement, quel qu'il soit, nécessite une rééducation fonctionnelle importante : sans elle, les fibres nerveuses et axones ne peuvent repousser.

Un tel centre n'existe pas en France à ce jour. Les patients qui souhaitent avancer se tournent alors vers l'étranger pour trouver des solutions plus actives.

La création d'un tel centre en France est un enjeu majeur
que nous souhaitons encourager par nos actions.

La recherche et les travaux réalisés actuellement en France sont exclusivement tournés vers l'inclusion. Autrement dit, les actions et le financement sont mis en place afin de permettre une autonomie maximum du patient avec son handicap. Nous avons l'ambition de croire qu'une recherche pour la guérison des lésions médullaires post-traumatique pourrait voir le jour en France.

Pour que l'adaptation au handicap ne soit plus une obligation,
pour permettre la récupération des fonctions perdues pour tous,

unissons nous !